LUTTER CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS LES COPROPRIÉTÉS EN DIFFICULTÉ

Dans son dernier article de janvier 2019, la région Ile-de-France, soulignait l’importance pour le territoire francilien de multiplier les rénovations globales à haute performance énergétique sur les copropriétés franciliennes et plus particulièrement sur les copropriétés en précarité. Au-delà de la revalorisation des îlots et des quartiers, cette démarche permet de réduire de manière considérable les consommations d’énergie des bâtiments, de l’ordre de 60 %, tout en améliorant le reste à charge et le confort des copropriétaires.

Dans les 6 copropriétés pris en exemple dans l’article et soutenues en 2018 par la région, le Bureau d’étude ECIC en accompagne deux : celle de La résidence Espace à Le Mée sur Seine (77) et la résidence Chaland 1 à Sevran (93).  

Au-delà de l’expertise technique concernant l’amélioration de la performance énergétique : parois, équipements, le traitement des façades et de l’amélioration des prestations communes (accessibilité, sécurité incendie, traitement de l’amiante, …), le savoir-faire d’ECIC est aussi de savoir écouter et mobiliser les copropriétaires autour d’un projet collectif qui aboutit régulièrement en une rénovation partagée, financée et durable.

De nombreuses copropriétés, dites « en difficulté », qu’ECIC accompagne, sont intégrées à des dispositifs publics tels que des OPAH (Opération programmée d’amélioration de l’habitat) ou des Plans de Sauvegarde, en quoi consiste un tel plan ?

En quoi consiste un plan de sauvegarde ?

Lorsqu’un immeuble en copropriété est confronté à de graves difficultés (état dégradé, copropriétaires défaillants ou nombreux impayés), une commission peut être saisie et chargée de proposer un plan pour résoudre les difficultés sociales, techniques et financières de la copropriété.

Le plan de sauvegarde est la dernière mesure avant l’état de carence (lorsque l’état de conservation et les risques pour la sécurité des habitants sont intenables) pouvant donner lieu à l’expropriation et à la démolition totale ou partielle. Il apporte à la copropriété un accompagnement technique et financier et crée des conditions plus favorables incitant notamment les financeurs à subventionner le projet. La rénovation énergétique s’inscrit bien dans ce cadre dans la mesure où elle vise entre autres à sortir une copropriété du cercle vicieux dans lequel elle se trouve : la situation financière des copropriétaires ne leur permet pas de dégager un budget pour entretenir leur résidence, la dégradation et le déclassement

du bâtiment s’accélère et augmente encore les charges d’exploitation, plongeant davantage la copropriété dans la précarité sous toutes ses formes.

Ce sont ainsi des quartiers entiers qui présentent des logements insalubres, des espaces communs dégradés engendrant ainsi un climat social et sécuritaire extrêmement tendu. Le Plan de Sauvegarde constitue l’une des réponses que les pouvoirs publics ont trouvées pour redonner vie et dignité à ces quartiers sinistrés.

Focus sur les 2 projets de l’article :

La résidence Espace – Le Mée sur Seine (77)

La résidence Espace est composée de 5 bâtiments allant du R+5 à R+8 et correspond à un total de 98 logements et 9 commerces en rez-de-chaussée. Depuis plusieurs années sous la tutelle d’un administrateur judiciaire et en plan de sauvegarde, ECIC a été sollicité pour réaliser une rénovation énergétique massive de la résidence.

Le programme de travaux s’élève à 3 millions d’euros pour une opération de réhabilitation complète :

  • Ravalement de façade avec isolation thermique par l’extérieure (ITE)
  • Isolation des combles
  • Remplacement des menuiseries
  • Rénovation du système de ventilation
  • Équilibrage des réseaux d’eau chaude
  • Réfection de l’étanchéité, de la couverture et zinguerie
  • Plomberie
  • Réfection des parties communes (peinture, revêtement de sol souple et éclairage)

Le montant total du projet est conséquent puisqu’il s’élève à 3,5 millions d’euros. Il va toutefois pouvoir se concrétiser grâce à plusieurs organismes financeurs subventionnant à plus de 75% le coût de l’opération.

L’ensemble des entreprises de travaux du projet ont été choisies en assemblé générale en milieu d’année 2018, le chantier débutera début 2020.

Résidence Chaland 1 à Sevran (93)

Également en plan de sauvegarde, la résidence de 66 logements a voté un bouquet de travaux de 1,2 Millions d’euros comprenant les corps d’état suivants :

  • Chauffage ventilation
  • Maçonnerie
  • Contrôle d’accès
  • Réfection des parties communes (menuiseries intérieures, peinture et sols souples)
  • Etanchéité des toitures
  • Electricité

En qualité de BE fluides, ECIC a conçu la rénovation de la sous-station, le curage des eaux vannes, la réfection des réseaux d’eau froide et des réseaux de chauffage et ECS fuyards, notamment dans les distributions verticales dans les logements. Pour la ventilation, il s’agit simplement de remplacer les installations existantes par un système hygroréglable.

Les réseaux d’eau chaude sanitaire sont extrêmement fuyards et créent d’importantes dégradations dans la résidence. Ils sont recréés dans les gaines techniques des paliers des anciens vide-ordures condamnés.

Pour cette opération, les travaux sont essentiellement financés par l’ANAH (Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat) à hauteur d’environ 50%. Les travaux devraient commencer dans le courant de l’année 2019.

Vous pouvez télécharger le document de la région Idf : « Bâtir plus, bâtir mieux »

Pour plus d’informations,nous contacter

Mots clés :, , ,

Les commentaires sont fermés