NEPSEN et les stages de fin d’études, une histoire qui dure…
Par Alexandre Sevenet

Après l’intégration d’un premier stagiaire de fin d’études en 2007 chez Paziaud [Jérôme BOGETTO, UTC, actuel Directeur de l’entité Aquiten à Bordeaux], j’ai décidé en 2008 de « tenter un coup » pour soutenir notre développement. 

Nous étions 6 chez Paziaud, et nous avons ouvert… 5 offres de stage !

4 stagiaires sur 5 ont été embauchés après leur stage (la dernière l’aurait été aussi, mais elle voulait aller à Lyon où nous n’étions pas à l’époque). Ils ont tous pris des responsabilités dans le groupe au fur et à mesure des années.

L’un d’entre eux, Antoine ROGER, est aujourd’hui Directeur Technique Groupe et Directeur Régional Ile-de-France. Pas mal ! 

Pour les 3 autres, deux sont chefs d’entreprise dans la transition écologique après avoir été Directeurs d’Entités chez nous, et le dernier nous a quitté pour aller à La Réunion (où nous ne sommes toujours pas) et y assume aujourd’hui la direction d’un grand Bureau d’Etudes généraliste. Pas mal non plus !

Depuis 2014, Nepsen a adopté un rythme de croisière, en intégrant 2 stagiaires de fin d’études par entité opérationnelle.

Pourquoi ? 

Parce que le – beau – métier d’éconergéticien·ne n’existe pas, c’est nous qui l’inventons au quotidien. Il n’y en a pas sur le marché du travail. C’est donc à nous d’assurer leur formation, et ça nous plaît !

Les futurs Nepséens sont triés sur le volet : nous rencontrons 4 à 5 candidats pour chaque stage proposé, avec une attention particulière portée aux qualités humaines. Le processus en lui-même est assez simple : une première conversation générale puis un entretien plus poussé, pour approfondir notre connaissance mutuelle et comprendre si on peut faire un bout de route ensemble. Il se fait directement avec le décisionnaire, le responsable de l’entité, qui déclenche parfois un deuxième entretien avec son Directeur Régional s’il hésite entre plusieurs candidats.

On cherche des personnalités qui partagent nos valeurs : Confiance, Compétence, Convivialité 🙂

Image de la carte de France avec des points jaunes matérialisant les 15 entités du groupe NEPSEN réparties sur le territoire national
NEPSEN, c’est 15 entités en France

C’est quoi un·e éconergéticien·ne Nepsen ? 

Un Ingénieur généraliste, qui mobilise des compétences très variées au service des projets d’efficacité énergétique de nos clients. Petit à petit, il devient un « multispécialiste », approfondissant ses connaissances tant dans les compétences techniques liées à l’énergie dans le bâtiment, l’industrie, l’environnement, les EnR ou le climat que dans la gestion de projet sur tous types de missions, et appliquant tout ceci à différents secteurs d’activité, et à plusieurs échelles… 

Il suit chaque projet de A à Z et s’adapte à toutes les situations. Arriver à discuter le matin avec un directeur du patrimoine sur sa stratégie 2050 et l’après-midi avec un plombier sur un chantier de rénovation n’est pas donné à tout le monde. Au-delà d’un bon relationnel, d’une grande capacité d’adaptation, il sait aussi faire preuve d’une vraie capacité à convaincre, pour vendre nos prestations et remporter des affaires, d’une mécanique intellectuelle performante pour la partie « conception technique », et d’un sain leadership pour stimuler les ambitions de nos clients et faire avancer les projets en phase réalisation.

couteau suisse vert multifonctions symbolisant la pluridisciplinarité des ingénieurs NEPSEN
Un·e éconergéticien·ne, c’est à la fois un ingénieur d’études, un chargé d’affaires, un chef de projet, un consultant ! 

Et pourquoi un·e éconergéticien·ne « engagé·e » ? 

 A double titre

D’abord, et de manière évidente, parce que notre projet d’entreprise, notre raison d’être, c’est de contribuer activement à la mise en œuvre de la transition énergétique au quotidien. Ça passe par une politique RSE qu’on aimerait toujours plus ambitieuse, et surtout, par une ambition constante de faire un peu mieux que prévu sur nos missions. 

Ensuite, parce que nous savons nous engager sur les résultats des missions que nous confient les clients. Forts de 40 ans d’expérience, nous n’avons pas peur de garantir la performance énergétique de nos opérations.

Comment ça se passe un stage chez Nepsen ? 

Selon les écoles, il faut parfois définir un fil rouge, avec une thématique spécifique sur laquelle le stagiaire travaillera tout au long du stage. Mais pour la plupart, l‘intitulé « stage Ingénieur Conseil en transition énergétique » suffit. Et c’est bien là l’essentiel : le stagiaire est considéré dès le début comme un futur Nepséen. Il bénéficie d’une formation d’intégration, puis est ensuite suivi par un tuteur chargé de lui faire franchir différentes étapes. Des premiers audits, aux premiers bouts de mission d’ingénierie ou de conseil, le stagiaire monte progressivement en compétence pour être capable en fin de stage de mener un petit projet de A à Z, gérant la relation client, la qualité, les coûts et les délais. 

Comme tout Ingénieur Conseil Nepsen, il apprend aussi à rédiger et à chiffrer des propositions commerciales. Peut-être le sujet le moins naturel pour de jeunes ingénieurs… C’est tout l’intérêt de notre organisation : chaque Nepséen est acteur de son futur ! C’est lui qui positionne l’entreprise sur des thématiques de développement qui l’intéressent, garantissant ainsi de construire ses compétences pas à pas en réalisant les missions qu’il a gagnées dans les domaines qui le passionnent. Et sans pouvoir râler sur le commercial qui n’a pas prévu assez de jours, car c’est lui qui a fait le chiffrage ;-) !

En 6 mois de stage, on vise à doter chaque stagiaire des bases techniques et organisationnelles pour devenir un excellent Ingénieur Conseil.

Puis c’est le parcours du jeune embauché Nepsen qui démarre avec la « Nepschool ». Mais là, c’est une autre histoire… 😉

Portrait d'Alexandre SEVENET, Président du Groupe NEPSEN
Alexandre SEVENET, Président

Vous recherchez un stage PFE ?

Articles connexes

3 + 10 =